PÔLE ATELIERS
PÔLE PÉDAGOGIE
PÔLE SPECTACLES
PÔLE FESTIVAL

Anita est comédienne et membre fidèle de la Ménagerie. En 2009, elle a fondé la rubrique « Anita y était » et à l’issue de chaque évènement, elle prend la plume pour nous livrer ses impressions avec beaucoup de cœur, une pointe d’humour, un soupçon de poésie et un zeste de folie.

 

 

 

 

Un chapeau de paille d'Italie, c'était comment Anita?

Un chapeau de paille d'Italie, du 17 au 19 mai 2014, au Théâtre Tiyatrom.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Par la compagnie de théâtre francophone LES DERFFLINGUEURS

Et mise en scène de PASCALE BERGER

 

Une comédie-vaudeville d’Eugène Labiche. Pour moi, un vaudeville se résume par la phrase : « Ciel ! Mon mari ! », des quiproquos à la chaîne, un lit sous lequel se cache l’amant et un humour un peu lourd et poussiéreux. Mais voilà, la Grande Dame du théâtre francophone à Berlin, Pascale Berger (voir si nécessaire mon feedback sur « Danton »), a réussi un divertissement théâtral excellent, d’un humour léger et de bon goût, le tout assaisonné de la création musicale de Guillaume Haldenwang, excellent au piano, sur des paroles coquines et érotiques du comédien Jean-Luc Pérotin, des costumes à en faire pâlir Courrèges (des années 60 !), créés par Lena Groenevegen avec Teresa Beck et Aurélie Fournier, et évidemment joué à merveille par les Derfflingueurs à un rythme époustouflant. Génial dans la chorégraphie et sur la Danse du Sabre : le quatuor de la noce avec la future épouse Hélène, Anne Micallef, mignonne à croquer et sa robe-gâteau avec, la future belle-mère, l’incomparable Valérie Faure, la tante, Delphine Marinier, sourde mais agile et le cousin, le doublement remarquable Jean-Luc Pérotin ! Remarquables aussi et même triplement : Françoise Doussin-Steinlein en bonne, modiste et sœur de la baronne ainsi que Gilles Brévart en domestique, artiste et mari cocu ! Et qui a fait son mari cocu ? Anaïs Beauperthuis, mimée souverainement par May Chaoui, tout aussi à l’aise dans ce rôle, que ravissante en baronne de Champagny et drôle en comptable prise pour le maire. Et enfin, ou en premier, le futur marié, rentier et cavaleur (pas seulement à cheval) Fadinard joué par Fabrice Brécourt qui là encore fait preuve de son talent théâtral et musical.

Un joli flyer de Gilles Brévart, un programme très instructif de Michael Schulte, une bonne création lumière de Sylvain Faye et ses assistantes Muriel Zanna et Aurélie Fournier complètent le tableau.

Pascale Berger et ses Derfflingueurs ont de nouveau comme chaque année et pendant quatre soirs rempli un théâtre et ravi leur fidèle public francophone berlinois. Merci !

 

Permettez-moi pour le mot de la fin ce trait d’esprit très simple et facile mais inévitable : Chapeau !

 

Anita

 

 

 

 

 

 

 

Informations supplémentaires